La force d’un printemps

champs de colzaNous espérons que la période estivale vous a été profitable. Nous voici au seuil d’une nouvelle année qui s’annonce déjà riche en événements importants et en rendez-vous cruciaux pour notre devenir et celui de la planète. Comment ne pas laisser de côté tous ceux et celles qui font les frais des comportements irresponsables des occidentaux ? Comment vivre d’une manière solidaire et responsable les enjeux sociétaux qui s’annoncent ? Pour les réseaux associatifs et solidaires les enjeux sonnent à notre porte : problématique des migrations, climat et environnement, écologie, synode sur la famille… Plus que jamais la solidarité et le langage juste et vrai se révèlent indispensables.
En cette rentrée nous voudrions vous partager cette « Bonne Nouvelle » : la création par le pape François d’une journée mondiale pour la Création tous les 1er septembre. Cette journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création  nous réjouit car elle se veut œcuménique : elle rejoint un souci que porte depuis des années de manière constante l’Eglise orthodoxe (ce 1 er septembre est déjà une date en vigueur au sein de cette Eglise). Le pape voit dans cette prière une « contribution à la résolution de la crise écologique à laquelle l’humanité est actuellement confrontée ».
L’Eglise catholique se réveille pour prendre en compte cette dimension qui englobe comme le rappelait le pape dans son encyclique « Laudato si » la prise en compte des pauvres. On ne peut pas aborder la dimension écologique sans aborder celle des pauvres : ils sont et seront les premiers à faire les frais  des dérèglements climatiques qui s’annoncent.
Bonne nouvelle encore parce que le pape nous invite à sortir d’un « esprit de boutique » pour « entrer en dialogue avec tous » au sujet de la maison commune de l’humanité qu’est la Terre. C’est ce qui s’appelle « aller aux périphéries » et rejoindre ceux qui se battent et luttent pour cette cause.
Le journal Le Monde rappelle que « le pape François souhaite que ces initiatives (des Eglises) en faveur de l’écologie aient une influence sur la conférence internationale sur le climat qui se tiendra en décembre à Paris. En faisant de la protection de l’environnement un impératif moral, il pourrait inciter les 1,2 milliard de catholiques dans le monde à faire pression sur leurs gouvernements. Il pourrait peser particulièrement dans les pays d’Amérique latine, où l’élection d’un pape argentin avait gonflé la popularité du Vatican. Leurs voix pourraient en effet être déterminantes à la COP21. »
Voilà résumé l’enjeu pour les chrétiens.

130221_jean-sulivan_1-96ce0Début juillet nous vous proposions un texte de Jean Sulivan pour partir en vacances.
Par une heureuse coïncidence, dans la boite mail, un autre texte de lui nous revient en cette rentrée , proposé et commenté par Joseph Thomas qui nous invite à découvrir un parcours  »écologique » du livre « Parole du passant » de Jean Sulivan à l’occasion de cette journée de prière pour la création : travail de réflexion qui nous invite à méditer à et intérioriser cette vision joyeuse, libre et pleine d’humour qu’avait le poète breton.
Avec l’accord de Joseph nous vous le mettons en lien : il mérite d’être lu et partagé avec d’autres… ou, à défaut d’être médité et dégusté à petite dose avant de se coucher…
Pour Joseph, « il est bien des manières de prier ce jour-là. L’une pourrait être de lire ces extraits de Jean Sulivan, prêtre écrivain, originaire de Montauban-de-Bretagne dont les mots demeurent vivants et invitants. »

« Encore la grâce d’un printemps ! Allons marcher sur les collines. Chercher Dieu, le rencontrer : il faut quitter cette prétention. Dieu nous cherche depuis le jardin primitif : Adam, où es-tu ? Le royaume est en vous maintenant. Sortez. Affranchissez-vous de Dieu même, de la triste idée que vous avez de Dieu. »
Bonne rentrée !

Parcours  »écologique » de Parole du passant de Jean Sulivan par Joseph Thomas

voir aussi « la force d’un printemps  »

Joseph Thomas est l’auteur de « 15 jours avec… Jean Sulivan » (Ed. Nouvelle Cité) et de « L’incessante marche. Extraits de Jean Sulivan » (choix de Joseph et Maryvonne Thomas, Mine de Rien, Néant-sur-Ivel, 2003).

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s