La faim, l’autre visage du changement climatique

A six mois de la COP21 (21 éme conférence sur le climat) à Paris, et quelques jours avant la session de négociations sur l’accord de Paris à Bonn, les représentants des gouvernements, de la recherche, des sociétés civiles se sont réunis mardi dernier 26 mai pour débattre des conséquences du changement climatique sur la faim et la sous nutrition, et sur la place qu’il faut accorder à ces enjeux dans le futur accord de Paris.

Suite à cette rencontre,  24 ONG dont le CCFD-terre solidaire ont signé un appel adressé à la communauté internationale pour qu’elle se saisisse de la question.
En effet, alors que 805 millions de personnes souffrent aujourd’hui de la faim, les changements climatiques constituent un fardeau supplémentaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle des plus pauvres et mettront à mal les efforts actuels déployés dans la lutte contre la faim. Responsable de trois quarts des catastrophes naturelles, le changement climatique représente une menace pour 250 millions de personnes par an. Paradoxe intolérable, ceux qui contribuent le moins au réchauffement climatique sont ceux qui en souffrent le plus.
Pourtant, ces questions restent très peu discutées dans le cadre des négociations internationales sur les changements climatiques. Lutter contre les impacts des changements climatiques et lutter contre la faim relèvent du même effort, du même impératif et de la même urgence. Faire de l’agenda climat un agenda contre la faim, voilà l’opportunité extraordinaire que représentent ces négociations internationales. Il est encore temps pour les Etats du monde de créer ensemble un climat contre la faim. Nous pouvons relever ce défi si les 6 recommandations présentées sont soutenues par l’ensemble des Parties dans le cadre de ces accords sur le climat notamment.
« Alors que 805 millions de personnes souffrent aujourd’hui de la faim, les changements climatiques constituent un fardeau supplémentaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et l’accès à l’alimentation des plus pauvres, et mettent à mal les efforts actuels déployés dans la lutte contre la faim. Pourtant, ce risque reste très peu discuté dans le cadre des négociations internationales sur les changements climatiques.
Il est urgent que la communauté internationale se saisisse de cette question et prenne des mesures fortes pour y répondre »

Signer l’appel

 

En savoir plus
– Lire l’appel
– Télécharger l’appel (PDF)
– La sécurité alimentaire doit être au cœur de l’accord de Paris
– Ensemble, créons un climat contre la faim
– 
La pression de l’agrobusiness sur les négociations climatiques

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s