Là où il n’y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de paix

pape-François-11-mai-2015-125x115Le 11 mai 2015, le pape François a reçu quelques 7.000 enfants d’écoles primaires provenant de toute l’Italie, sous l’égide de la fondation italienne ‘La Fabrique de la paix’. Il a répondu d’abondance de cœur aux questions qui lui ont été posées, expliquant notamment ce qu’était la paix : « La paix est avant tout qu’il n’y ait pas de guerre, mais aussi qu’il y ait la joie, qu’il y ait l’amitié entre tous, que tous les jours on fasse un pas en avant pour la justice… Car là où il n’y a pas de justice, il ne peut pas y avoir de paix. »

Plus de sept mille écoliers venus de toute l’Italie, dont des enfants issus de l’immigration, autour du Pape François au Vatican. La scène s’est passée dans la salle des audiences Paul VI ce lundi matin 11 mai  2015 à l’initiative de la « Fabrique de la paix », une fondation créée il y a peu. Son but est d’éduquer les enfants à la paix par le biais de l’animation, de l’art, des nouvelles technologies et du sport. Elle mise sur la puissante énergie d’une révolution des cœurs pour changer radicalement les choses.

Pour son premier événement, elle a demandé au Pape, homme de paix, de la recevoir. D’où cette rencontre rythmée par des chants et des témoignages d’enfants. Pendant plus d’une heure, François s’est prêté au jeu des questions-réponses, dans son style direct et chaleureux, en sortant totalement du texte qui était prévu.
1462089072Pour œuvrer en faveur de ce chantier de la paix, le pape François propose aux jeunes de créer un climat d’ouverture, de rencontre, sans barrières, ni exclusions…Il les invite à prendre en compte les besoins des plus pauvres, des personnes abandonnées ou dans la souffrance. Ainsi la fabrique de la paix « deviendra vraiment une œuvre d’amour ».

Casquettes de couleurs vissées sur la tête, des dizaines d’enfants assis par terre entourent le Pape sur la scène de la salle Paul VI. Tous attentifs, ils l’écoutent répondre aux questions qu’ils lui ont adressées un peu plus tôt. L’occasion pour le Pape de se confier : oui, lui aussi se dispute souvent, c’est humain, mais l’important « c’est de ne jamais finir la journée sans faire la paix ». Et quand un de ses jeunes interlocuteurs lui demande s’il ne voudrait pas un peu de paix, le Pape reconnait que oui, il aimerait un peu de tranquillité, qu’il aimerait se reposer un peu plus. Mais, précise-t-il, « ce qui enlève la paix est de ne pas s’aimer, c’est la jalousie, l’envie, l’avarice ».

Et cette paix, elle se construit « chaque jour ». « La paix n’est pas un produit industriel, c’est un produit artisanal », a-t-il précisé.

Il y a un autre produit, bien plus profitable aux puissants, ce sont les armes. Et là il s’agit de « l’industrie de la mort », alimentée par la « cupidité », car comme le disait un ami du Pape : « le diable entre par les portefeuilles ».

– lire l’article dans son intégralité sur le site de Pax Christi
– sur le même site : comment Pax Christi veut concrétiser les propos du Pape François sur la Paix en Palestine : 
L’engagement de Bethleem : Envisager l’avenir 2015 – 2020

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s