Que se passe-t-il ? Personne ne bouge… Serions nous anesthésiés ? 2/2

ob_7fb97a_sem15fevj-z1-chaos-rome-foot-ball-feyeDans le dernier post nous vous invitions à prendre la mesure de trois événements récents. (loi sur le renseignement, la Grèce face à ses prédateurs, le Grand marché transatlantique ou Tafta).
Ces exemples nous interrogent à plusieurs niveaux car ils sont révélateurs du non-sens du fonctionnement du monde et de l’impuissance et le pessimisme dans lesquels nous nous trouvons.
Un regard réaliste et lucide sur le monde nous ferait-il peur ? Ou, pire, nous ferait-il entrer dans une forme de désespérance et de dérision…
Nous constatons que les décideurs politiques vont toujours plus loin dans la surenchère (8 lois par exemples depuis 2001 portant sur le terrorisme. On ne fait même plus le bilan de leur efficacité).
Nous sommes étonnés du silence de ces décideurs qui imposent des lois allant à l’encontre du bien commun (à la manière des lois votées par quelques présents à l’Assemblée les 31 décembre) .
Nous sommes impuissant face à cette mainmise des lobbys financiers qui mettent des pays à genoux pour faire toujours plus de profits et qui veulent régenter le monde sans aucun sens de l’homme. Où sont ses droits ? sa primauté ?
Que dire du découragement des citoyens qui ne savent que faire, avec qui, comment ?
2013-12-28T140622Z_1681801634_GM1E9CS1PA801_RTRMADP_3_CENTRALAFRICAN-FRANCE-UN_0Comment freiner cette course suicidaire qui pousse le monde à sa perte ?
Pourquoi toujours peu de gens de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres et toujours plus nombreux ?
Pernicieusement se met en place une gouvernance à tous les niveaux (du local au planétaire) qui verrouille les libertés, les espaces de débats contradictoires. Un big brother autoritaire plane de plus en plus pour le profit d’une poignée.
Des alternatives troubles se dessinent : montées des extrémismes, replis identitaires, intégrismes religieux, racisme, rejet de la différence, recherche de boucs émissaires …
La démocratie est en danger : Peut-on encore appeler un pays « démocrate « quand les citoyens votent tous les 5 ans et lorsque les décideurs ne rendent plus du tout compte de leur action et font le contraire de ce pour quoi ils ont été élus ? (A ce sujet, ce qui se dessine de la sixième république, avec des leaders de tous partis confondus, et à travers des débats citoyens, semble prometteur).
Mais ce qui nous interroge le plus c’est ce lourd silence des citoyens, comme assommés, incapables de réagir face à ces quelques exemples. Leur action semble si dérisoire face au rapport de force en présence. Le Refus est pourtant là; d’autant plus violent et retenu qu’il se heurte à l’impuissance. Il gronde. La question : Quand va-t-il éclater ?
Sommes-nous trop pessimistes ou reflétons-nous la réalité… Nous sommes dans une frontière ténue qui ne prête pas spontanément à l’Espérance..

En quoi cela concerne le CCFD ?

regulation-secteur-financier-2– Comme les autres citoyens, nous sommes confrontés au découragement : à quoi bon ? Nos modestes actions semblent dérisoires dans cet univers impitoyable.
– Il y a tant à faire chez nous diront certains dans leur lassitude; balayer déjà devant notre porte : n’est ce pas le meilleur moyen d’être au service des plus lointains ?
– En tant que bénévoles ça nous fait mal de voir la solidarité mise à mal ainsi.
– Nous naviguons à vue, dans l’immédiateté de nos actions : quelle capacité de recul avons-nous, de réflexion prenons-nous, quand tout va à la vitesse de l’informatique et que les médias tronquent ou falsifient la vérité, entretiennent le futile et le dérisoire ? Sommes-nous des Sisyphe remontant éternellement nos rochers ? Comment allier le faire, l’action souvent heureuse, avec une nécessaire distance pour mesurer son sens et sa portée ? Au delà des chiffres, pour soi-même, pour les associations de tous bords sur le terrain…
Tunis– L’énormité des enjeux, la difficultés de les appréhender crée un climat de suspicion, de désespérance autour de nous. Comment pouvons-nous être à la hauteur du message évangélique ? De quelle huile seront notre foi ou nos convictions pour faire tourner le moteur de nos agirs ?
-N’est-ce pas aussi la mission du CCFD-terre solidaire de se camper solidement dans cette certitude qu’un autre monde est possible ?
– Comment regarder et vivre de ces étincelles de vie d’amour, de beauté, de solidarité sans tout de suite se laisser happer par ce qui ne va pas et ne pas tomber dans l’épuisement ?
– Ne nous trompons pas, ce sont les pays pauvres qui font les frais de ce qui se passe de la mainmise des financiers et des multinationales dans le monde qui est devenu un village. Les plus lointains sont maintenant nos voisins : nous sommes désormais interdépendants.

Ce blog se veut être espace de réflexion pour prendre le pouls du monde et offrir des ouvertures d’humanité.
Informer et réfléchir c’est bien.
Il nous faut aussi porter une parole forte pour dénoncer, interpeller, déranger, manifester.
Appeler aussi. Pour qu’ensemble, le monde change. Rejoindre ce que le pape François appelle les périphéries qui luttent dans le même sens, avec peu de moyens, même s’ils pensent différemment … Leur souci de solidarité peut nous enseigner. Un même socle de fraternité nous réunit : Comment concourir ensemble pour dégager  « ce bien commun auquel toutes les spiritualités de l’humanité, religieuses ou areligieuses, peuvent légitimement concourir ? » Le pape François nous y invitait lors de la rencontre des mouvements populaires le 28 octobre dernier (« Je sais que parmi vous se trouvent des personnes de différentes religions, métiers, idées, cultures, pays et continents. Aujourd’hui, vous pratiquez ici la culture de la rencontre. ») Oui, quitter nos fonctionnements sécurisants et habitudinaires qui nous tranquillisent et nous justifient.

ob_256ea3_sem15fevj-z13-rapt-massif-d-adolescentOser sortir de nos habitudes, rester en marche, en quête, en recherche. A la manière des disciples qui interpelle le Christ : où demeures-tu ? Venez et voyez leur répond-il. (Jean 1/38)  Non pas venir quelque part et voir; mais, pour St Jean, c’est dans le fait de marcher qu’il nous sera donner de voir. Au fur et à mesure. A condition de se mettre en marche et de continuer… On ne peut le faire qu’ensemble…
Demeurer, c’est marcher de l’avant avec Celui qui ne cesse de nous dire « Courage ! j’ai vaincu le monde ».
Porter une parole d’espérance et de conviction en ne restant pas seul…

Avec Lui, ensemble, avec d’autres, entrons dans cette vision que tout est accompli et… que tout reste à faire… C’est notre foi, notre solidarité et notre espérance. Malgré les apparences…. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s