« Non à la privatisation des semences… Pour un monde meilleur ! »

Semences-COVERLa Via Campesina et GRAIN viennent d’éditer un livret  qui expose la façon dont les multinationales et les gouvernements s’y prennent pour freiner l’échange et la protection des semences par les paysans.
Car aujourd’hui, les semences paysannes, base de la production alimentaire, sont attaquées de toutes parts. Dans de nombreux pays, les lois votées sous pression des grandes entreprises limitent de plus en plus l’utilisation que les paysans peuvent faire de leurs semences. La conservation et la réutilisation des semences, une pratique millénaire à base de l’agriculture, est ainsi rapidement devenue une pratique criminelle.
Selon Guy Kastler de La Via Campesina : « Le contrôle des semences doit se trouver entre les mains des paysans et des paysannes. C’est ce principe, base même des procédés de production, qui assure la souveraineté alimentaire des communautés rurales et des populations urbaines face aux multinationales et leurs énormes profits. Au cours des siècles, les paysans ont trié et sélectionné des milliers de variétés de semences qui ont fait le chemin jusqu’à notre époque et se retrouvent maintenant à la base des régimes alimentaires du monde entier »…
… Les lois qui concernent les semences évoluent et s’endurcissent en réponse aux désidératas de l’industrie biotechnologique et semencière. Les soi-disant « accords de libre-échange », les traités d’investissements bilatéraux et les initiatives d’intégration régionales renforcent l’impact des autres droits de propriétés sur les semences en apparence moins contraignant.
Australia_Colombian-protest-banner-Farmers-not-criminals_ErikAndersonFlickrCe qui est en jeu ici, ce sont les fondements de l’agriculture paysanne, ni plus ni moins. Dans le monde entier, des mouvements sociaux, et surtout des associations de paysannes et de paysans, se sont levés et se sont mobilisés pour empêcher le vote de telles lois.

… Ce livret a pour objectif de renforcer la résistance en permettant au plus grand nombre, et tout particulièrement aux communautés rurales les plus touchées par cette problématique, de comprendre ces lois de l’industrie, leurs objectifs et leurs impacts. Il entend aussi insister sur le rôle que jouent les mouvements sociaux pour faire voter des lois qui, au contraire, protègent les droits des paysans : leur succès est une condition incontournable de la souveraineté alimentaire et par conséquence de la souveraineté politique des peuples.

Table des matières du livret (52 pages « instructives »)
1.    Comment les législations semencières convertissent les semences paysannes en semences illégales
2.    Afrique : un trésor menacé
3.    Les Amériques : la résistance massive contre les lois Monsanto
4.    Asie : la lutte contre une nouvelle vague de semences industrielles
5.    Europe : les paysans s’efforcent de sauver la diversité agricole

EManifestación, No a la Ley Monsanton savoir plus:

– lire l’article en entier
– découvrir le livret
– l’approche du CCFD-terre solidaire :
– France : le droit sur les semences en débat
       –  Burkina Faso – les grandes ombres du coton OGM
       – La COPAGEN, un réseau poil-à-gratter
       – En quête de l’igname jaune et du mil violet
       – Quelles semences pour quelle agriculture ? Une table ronde organisée par le CCFD à Rennes en 2013 : Télécharger l’interview
       – voir aussi défense des semences en Colombie sur l’ancien site CCFD de Plouay

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s