Il faut sauver Yarmouk

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a diffusé mercredi cette photo datée du 31 janvier où l'on voit des milliers de personnes affluer vers un point de distribution des snipers, sous le contrôle du régime de Bachar al-Assad. En savoir plus sur

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a diffusé mercredi cette photo datée du 31 janvier où l’on voit des milliers de personnes affluer vers un point de distribution des snipers, sous le contrôle du régime de Bachar al-Assad.

L’invasion du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk par des forces extrémistes armées (IE) en lutte avec le pouvoir en place de Damas provoque l’inquiétude pour ceux qui, sur place, sont pris pour cible et exécutés par ces forces armées, comme par exemple Firas El Naji qui était l’un des fondateurs des projets visant à mettre en place la souveraineté alimentaire à Yarmouk, dans le but de réduire les souffrances d’une population victime de la malnutrition causée par l’état de siège, ou comm Abdullah Al Khateeb ainsi que d’autres défenseurs locaux des droits de l’Homme. Mais aujourd’hui c’est toute la population civile qui craint des représailles.
Yarmouk est un camp de réfugiés Palestiniens dans la banlieue de Damas en Syrie.
Depuis près de deux ans, ce camp est en état de siège et l’UNWRA,  l’organe des Nations Unies qui devrait fournir les services de base à cette communauté de réfugiés a beaucoup de difficultés à remplir ses obligations fondamentales (sécurité, nourriture, soins médicaux…) auprès des résidents Palestiniens du camp. syrie_yarmoukOn peut affirmer que la totalité de la population de la zone – pas seulement les Palestiniens- a été isolée et laissée sans assistance de la part de la communauté internationale. Les 18 000 habitants (sur 250 000) qui restent encore dans le camp se trouvent dans une situation humanitaire désespérée. Ce siège est complètement illégal au regard du droit humanitaire international et doit être considéré comme un crime de guerre.
« Nous avons pu assister 94 personnes qui ont quitté Yarmouk, indique Chris Gunness,  porte-parole de l’UNWRA. Ils sont logés dans une école. Ce que je veux souligner, c’est que si on peut évacuer 94 personnes, alors on peut en évacuer bien plus. Nous sommes particulièrement inquiets pour les quelque 3 500 enfants [encore présents dans le camp]. Nous devons faire tout notre possible pour éviter un massacre des innocents, car les vies des enfants de Yarmouk sont sérieusement menacées. » Pour lui, la crédibilité du système international est en jeu.

2015-Yarmouk camp

foule immense dans l’attente de nourriture…

La Via Campesina s’indigne également et affirme qu’ « …en tant que mouvement paysan et mouvement pour la défense de la souveraineté alimentaire, c’est avec les plus vives inquiétudes que nous constatons les violations continues des droits des Syriens qui, dans de nombreuses régions du pays, sont victimes de stratégies criminelles telles que « la famine ou la capitulation ». Avec près de 200 morts victimes de malnutrition, Yarmouk est l’un des exemples le plus flagrant de ces méthodes visant à détruire des communautés entières. Nous dénonçons l’utilisation de la faim comme une arme contre les populations, par toutes forces armées. Un slogan affiché à l’entrée du camp renseigne les habitants sur leur destin : «  La faim ou la soumission  !  ». Via Campesina, avec d’autres, demande en urgence une trêve humanitaire, un corridor d’évacuation des habitants, un approvisionnement en nourriture et en médicaments…

Comment se vivre solidaire

– déjà en écrivant à l’UNWRA,  où au Comité International de la Croix Rouge

– s’informer :
*  lire un article du CCFD-terre solidaire : Le temps du silence est révolu
L’enfer de Yarmouk, camp palestinien en Syrie « LA FAIM OU LA SOUMISSION » ou l’histoire de ce camp
* Radio Vatican : Syrie : 3500 enfants en danger dans le camp de Yarmouk, à Damas
*  Yarmouk, le camp syrien où les Palestiniens meurent de faim…
* Syrie : conditions inhumaines pour les réfugiés
*Ce qui se joue à Yarmouk, quartier palestinien de Damas sous contrôle de l’EI
* Les Palestiniens sous la menace de Daesh dans le journal l’Humanité
* Syrie des responsables de l’ONU pour aider les civils de Yarmouk dans le journal LaCroix

– se poser comme élément de Paix et la favoriser comme nous y invite Colette, une lectrice de ce blog, proposant la lecture du livre de Yaël Armanet « Haïfa-Jénine, après le silence «  avec une préface de JC Guillebaud : («…Quand la tristesse nous assaille, nous devrions songer à ces sentinelles qui protègent Dieu des fanatiques et nous protègent du même coup, y compris de nous-mêmes. Que Yaël Armanet soit remerciée pour les pages brûlantes que l’on va lire… »).
Une lecture qui nous invite à l’espérance, au dialogue, à la réconciliation et au pardon : l’auteure raconte comment elle rencontre la famille palestinienne du jeune homme (bombe humaine) responsable de décès de son mari qui, toute sa vie, avait milité pour le dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Elle est convaincue qu’il faut chercher dans chaque conflit, fût-ce le plus sanglant, le visage humain de l’ennemi…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s