25 novembre : journée de sensibilisation de la violence faite aux femmes

1-ombres-460Nous reprenons ici un  article du CCFD terre solidaire de Plouay de l’an passé qui résume  les enjeux :

Être attentif à l’actualité… surtout celle dont on ne parle pas ou peu. La journée du 25 novembre est celle consacrée contre la violence sexiste.
Depuis 1981, les défenseurs des droits des femmes célèbrent cette  journée en commémoration du 25 novembre 1960, en République dominicaine, où furent sauvagement assassinées les trois sœurs Mirabal, opposantes politiques, sur les ordres du dictateur Rafael Trujillo (1930-1961). Depuis, chaque année, les gouvernements, les organisations internationales et les ONG sont invités à organiser des activités durant cette journée pour sensibiliser le grand public au problème de la violence à l’égard des femmes.

Qui sont elles ? « Ces femmes sont la représentation parfaite des victimes de ce genre de crime : issues de milieux défavorisés, vulnérables et habitant dans des milieux extrêmement hostiles. Ce qui marque le plus quand on enquête dessus, c’est la haine des femmes ».
Juarez au Mexique reste un cas d’école bien que tout le pays soit touché par le fléau : « il ne fait pas bon d’être femme au Mexique. Pourtant, proportionnellement, l’Amérique centrale est bien plus touchée. C’est la zone la plus risquée de tout le continent pour le sexe féminin. »
La guerre contre le narcotrafic qui gangrène le Mexique depuis sept ans s’étend jusqu’aux voisins, situés sur la route de la drogue et des migrants.  Au Honduras, par exemple, environ 500 femmes sur une population de 7 millions d’habitants ont été victimes de  » féminicides » en 2011, selon l’Observatoire de la violence hondurien.

Quelques chiffres :

– 1 femme sur 3 dans le monde a été victime d’une violence : Dans le monde, au moins une femme sur trois a été battue, abusées sexuellement, ou a subi d’autres formes de sévices au cours de sa vie.
La traite d’êtres humains, et plus particulièrement celle des femmes à des fins d’exploitation sexuelle, est le deuxième secteur économique le plus lucratif au monde après le narcotrafic et devant celui des armes
– 1 femme sur 5 dans le monde sera victime de viol ou d’une tentative de viol dans sa vie.
– 5 000 crimes d’honneur par an. Violences commises dans le monde par des maris, des pères ou des frères sur leurs femmes, filles ou sœurs afin de préserver «l’honneur» de la famille ou de la communauté.
– Six cents jeunes femmes, âgées de 19 à 24 ans, auraient disparu en Argentine au cours de l’année 2009, victimes de la traite
– Une étude menée par l’OMS auprès de 24 000 femmes révèle que la violence conjugale touche 15% à 70% des femmes selon les sites.
– En en Inde, dans la plus grande démocratie du monde, 15 millions de filles ne sont pas nées
– en Turquie, en 2011, une femme sur quatre est battue dans ce pays de l’islam modéré ; une femme enceinte sur dix perd son enfant à la suite de violence conjugale, seize femmes sur cent sont violées et chaque jour emmène, en moyenne, son lot de quatre femmes victimes de meurtres.
– En France : Une Française meurt tous les trois jours (soit 156 femmes – 146 en 2010) sous les coups de son (ex) compagnon, . La loi qui sanctionnait les auteurs harcèlements sexuels à tout simplement été abrogée par le Conseil constitutionnel en mai 2012. Tous les inculpés ont été graciés et ne sont désormais plus inquiétés…

pourquoi le CCFD-terre solidaire mène des actions contre ces violences contre les femmes ?
Notre travail ? Prévenir, sensibiliser, faire des plaidoyers, au nom de notre sens de la dignité des hommes et des femmes: le fléau des violences faites aux femmes prospère en raison de mentalités masculines rétrogrades et la collusion des pouvoirs politique, policier et judiciaire. Nous restons persuadés que la différenciation  des sexes n’enferme pas les hommes et les femmes dans des rôles stéréotypés, et surtout ne serve pas à justifier l’inégalité de droits ou la violence. C’est le risque dans les pays d’Amérique latine soumis à un important machisme.
Nous sommes persuadés aussi que le partenariat hommes-femmes peut contribuer au développement mais jusqu’à présent il reste trop à sens unique .

Prenons l’exemple de la Colombie ou le CCFD-terre solidaire s’est engagé en 2008 pour la résolution du conflit qui perdure depuis des années : Le projet « femme » en Colombie, c’est  l’espoir de peser en faveur d’une résolution pacifique du conflit interne au pays, mouvement dans lequel nous sommes très impliqué. La solution militaire contre la guérilla est une impasse, et cette guerre déclenche des violences spécifiques contre les femmes, ce que peu de médias reconnaissent : déplacement avec les enfants vers les villes — quand l’homme de la famille a été assassiné ou a disparu —, viols, meurtres, etc. En 2004, on recensait un assassinat de femme par jour, sans que les raisons en soient vraiment recherchées. Avec nos débats, nous souhaitons inciter les femmes à participer à la politique : dans quelles instances, pour quel type de décisions ? Nombre d’entre elles sont ouvertes à ce travail d’émancipation, même si leurs maris ne l’apprécient pas toujours. Mais nous les formons aussi à la négociation familiale. En milieu rural, elle concerne, entre autres, la planification des cultures. C’est long et lent, il y a parfois des reculs temporaires… Mais il y a parmi elles de grandes négociatrices !

C’est pourquoi certains des projets mise sur l’accompagnement des ménages vers l’autonomie par des temps de sensibilisation, sur l’éducation des jeunes filles, la formation des femmes pour améliorer leur situation socio-économique et prévenir les violences.
Les raisons de santé publique sont aussi essentielles : « Si vous voulez faire baisser la mortalité maternelle et infantile dans un village, les statistiques montrent que la construction d’une école a un impact plus important qu’un centre de santé ». Parce qu’une jeune fille instruite apprendra les règles d’hygiène de base, sera plus âgée au moment de son premier accouchement et aura moins d’enfants. « C’est quand les hommes comprennent que l’amélioration de la situation des femmes leur bénéficie, aussi, qu’ils évoluent et que les changements perdurent ».

en savoir plus :

– la différence hommes femmes nous structure : une analyse du CCFD-terre solidaire
– un témoignage d’une partenaire du CCFD-terre solidaire  : Les femmes sont l’avenir de la Colombie !
– histoire d’une survivante : Léontine réfugiée rwandaise
– la banque documentaire du CCFD sur les violence faites aux femmes
Ressources thématiques pour la France
historique du 25 novembre, journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s