Une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle

arton6204-3b045Plus qu’une crise économique ou de régime, nous vivons une crise de civilisation. Ne fermons pas les yeux : nous y sommes; et à un tournant de l’histoire de l’humanité. Selon certains chercheurs, il est sans doute trop tard pour réagir face au désastre social, économique et écologique dans lequel le monde s’abîme. On peut se demander, malheureusement, s’il ne faut pas passer par l’inéluctable qui s’annonce pour provoquer, non plus une prise de conscience – elle est déjà faite depuis des décennies !- mais une remise à plat d’un nouveau mode de vie, de gouvernance et de solidarité. Il est, semble-t-il, trop tard pour faire bouger les lignes où tenter de changer le cours des choses (politiques, économiques, écologiques, bref tout le Système). Çà craque de partout, on le voit. Il ne reste  qu’une seule voie : il ne faut pas chercher à renverser ce Système, c’est de toute manière impossible.Faisons notre part et « attendons » activement qu’il tombe tout seul. Comment ?
« Il nous faut renaître », surtout à l’intime de nous-mêmes, dans nos manières de penser, de vivre, de croire… Affaire d’abord personnelle qui s’élargit ensuite aux dimensions de l’humanité. Conjuguer Réalisme, Espérance et Solidarité….

Hervé Kempf  dans son livre « Fin de l’Occident, naissance du monde », résumait la question ainsi : « Cessons de nous raconter des histoires sur « la crise » ! Et regardons de face le cœur du problème qui se pose à la société humaine en ce début du XXIe siècle : les contraintes écologiques interdisent que le niveau de vie occidental se généralise à l’échelle du monde. Il devra donc baisser pour que chacun ait sa juste part. Autrement dit, l’appauvrissement matériel de l’Occident est inéluctable. Comment allons-nous vivre cette mutation : en changeant nos sociétés pour nous adapter au mieux à ce nouveau monde, ou en nous opposant au sens de l’histoire, au prix d’un déchaînement de la violence ? «  Un des enjeux est là.
Pourtant, certains croient encore à un retournement de situation et œuvrent en ce sens. C’est le sens du manifeste que viennent de lancer, à la mi-juillet, en Espagne, “Le dernier appel”  afin d’alerter sur l’effondrement écologique et social à venir si rien n’est fait pour y remédier. (voir ici l’article en entier), ou des extraits ci-dessous).

« Le dernier appel »

« … Vers un effondrement de civilisation
Rien de tout cela n’est nouveau. Les chercheur/ses et scientifiques les plus lucides tirent la sonnette d’alarme depuis le début des années 1970 : si les tendances de croissance actuelles (économique, démographique, d’utilisation des ressources, de génération de pollution et d’augmentation des inégalités) se poursuivent, le résultat le plus probable sera l’effondrement de la civilisation…

naufrage-d11b7L’impasse
… Nous sommes pris au piège de la dynamique perverse d’une civilisation qui ne fonctionne pas si elle ne croît pas et qui, avec sa croissance, détruit les ressources naturelles qui la rendent possible. Notre culture, qui idolâtre la technologie et le marché, oublie que nous sommes, fondamentalement, dépendants des écosystèmes et interdépendants.

La planète ne peut pas soutenir la société productiviste et consumériste. Nous avons besoin de bâtir une nouvelle civilisation capable d’assurer une vie dans la dignité pour une énorme population humaine (aujourd’hui, plus de 7,2 milliards de personnes), en constante croissance, qui habite un monde dont les ressources sont en déclin. Ce but ne peut être atteint que si nous changeons radicalement de mode de vie, de formes de production, de conception des villes et d’aménagement du territoire…

Une profonde rupture politique avec l’hégémonie en vigueur
… Mais, pareille Grande Transformation se heurte à deux obstacles titanesques : l’inertie du mode de vie capitaliste et les intérêts des groupes privilégiés. Afin d’éviter le chaos et la barbarie vers lesquels nous nous dirigeons actuellement, nous avons besoin d’une profonde rupture politique avec l’hégémonie en vigueur et d’une économie qui soit destinée à satisfaire les besoins sociaux dans les limites imposées par la biosphère, et non pas l’augmentation du bénéfice privé…

smog-afa0eLe siècle le plus déterminant de l’histoire de l’Humanité
Le 21e siècle sera le siècle le plus déterminant de l’histoire de l’Humanité. Il sera une épreuve remarquable pour toutes les cultures et les sociétés, voire, pour l’espèce dans son ensemble. Une épreuve qui décidera de la continuité de notre présence sur la terre et de la possibilité de qualifier d’« humaine » la vie que nous organiserons à l’avenir.

Nous sommes confrontés au défi d’une transformation dont le calibre est analogue aux grands événements historiques tels que la révolution néolithique ou la révolution industrielle.Mais, attention : la fenêtre d’opportunité est en train de se refermer…

Une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle

Mais nous disposons de cinq ans tout au plus pour établir un débat large et transversal sur les limites de la croissance et pour bâtir démocratiquement des alternatives écologiques et énergétiques qui soient tout à la fois rigoureuses et viables. Nous devrions être en mesure de convaincre de grandes majorités en faveur d’un changement de modèle économique, énergétique, social et culturel.
Outre la lutte contre les injustices causées par l’exercice de la domination et de l’accumulation de la richesse, nous parlons d’un modèle qui prenne en compte la réalité, qui fasse la paix avec la nature et qui rende possible le « vivre bien » dans les limites écologiques de la Terre.
Une civilisation se termine et nous devons en bâtir une nouvelle. Ne rien faire ou en faire trop peu nous mènera directement à l’effondrement social, économique et écologique. Mais si nous commençons aujourd’hui, nous pouvons encore être les protagonistes d’une société solidaire, démocratique et en paix avec la planète…. »  (voir l’article en entier)

Nous pensons que le principal moyen est et sera de se mobiliser sur les projets de libre échange économique qui se mettent en place à l’échelon planétaire, en particulier le Grand Marché Transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis.
Le parlement européen y va du sien (APE : accord de partenariat économique) , avec 16 pays de l’Afrique de l’Ouest. C’est un TAFTA  en pire pour les pays pauvres… Une signature a eu mlieu le 11 juillet dernier dans la plus totale indifférence. Les pays ne s’étant pas engagé activement dans la mise en œuvre de tels accords intérimaires au 1er octobre 2014 se verront retirer tous les avantages dont ils bénéficient depuis trois décennies en termes d’accès au marché européen. L’Europe met par là même gravement en péril le développement de certains secteurs économiques dans ces pays, ainsi que les processus d’intégration régionale.. Le CCFD national nous interpellait dès 2007 et présentait en 2010 un travail sur « les effets potentiels des accords de libre-échange européens sur l’agriculture et l’alimentation des pays du Sud » …

Pour en savoir plus :

– voir ici l’article en entier
– 
Marie-Monique Robin : « La société post-croissance a déjà commencé ! »
– s’opposer à l’APE Europe-Afrique de l’Ouest
– un livre à découvrir
-Le baiser de la mort de l’Europe à l’Afrique (Raoul Jeannar)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s