Crise agroalimentaire bretonne : les évêques s’expriment dans un communiqué

4-eveques-bretonsMercredi 30 octobre, les évêques des quatre diocèses bretons se sont exprimés sur la crise agroalimentaire que vit leur région, dans un contexte tendu lié à l’emploi et à l’application de l’éco-taxe en Bretagne. Nous saluons leur intervention.  Il y a deux ans, nous avions été profondément interpellé du long et pénible silence de nos pasteurs lors de la fermeture des usines Doux dans le Morbihan. A notre connaissance, seul Mgr Levert évêque de Quimper avait manifesté officiellement, à l’époque,  sa solidarité envers les salariés licenciés du Finistère. Nous nous réjouissons aujourd’hui de cette parole prise en commun qui appelle à la nouveauté et à l’espérance. L’initiative en reviendrait à Mgr Levert et Mgr d’Ornellas.

Voici la teneur de leur message :

A la fête de la Toussaint, l’Eglise proclame l’Évangile des Béatitudes qui affirme l’espérance dont ont vécu tant de saints anonymes.
Difficile de parler de bonheur et d’espérance en Bretagne lorsqu’ un grand nombre d’entre nous connaît de graves difficultés et ressent la colère, le désespoir ou la tentation de la violence. Ne cédons pas à cette tentation, même si la crise de l’agro-alimentaire a pris un tour dramatique par son ampleur et par ses conséquences sociales en cascade.
Notre pensée va d’abord aux personnes et aux familles durement affectées.La solidarité est urgente ! Nous invitons les communautés catholiques à faire tout leur possible pour mettre en œuvre des actions locales de soutien et de réconfort.
Le dialogue entre tous les acteurs est indispensable pour que soient trouvées des solutions justes et respectueuses des personnes et des familles. Le dialogue est aussi incontournable pour élaborer un nouveau modèle économique de notre agro-alimentaire breton avec sa production de qualité, dans un contexte de mondialisation qui exige, de façon urgente, des règles d’équité. Nous encourageons tous ceux qui, dans la concertation, s’engagent dans ce travail d’innovation si précieux puisqu’ il s’agit de nourriture. Le Pape François (20 juin 2013 à la FAO) souligne que les aliments ne peuvent être traités comme n’importe quelle autre marchandise : manger à sa faim est un droit pour chaque homme .
L’Eglise est convaincue que la solidarité et le dialogue entre les différents acteurs – aussi bien de l’agriculture que de l’agro-alimentaire ou du pouvoir politique – sont la condition essentielle pour qu’un modèle économique rénové, juste et pérenne voit le jour.
Héritière d‘une longue tradition de solidarité, d’esprit d’entreprise et de courage, la Bretagne a de nombreux atouts pour assurer son avenir. C’est d’abord dans ses ressources morales qu’elle puisera la force de comprendre la situation actuelle et de trouver une sortie solidaire de cette crise.
Le christianisme en Bretagne a transmis une vision équilibrée sur l’homme et son développement intégral. Nous avons reçu la création pour qu’elle nourrisse l’humanité. Travailler pour nourrir les hommes est une tâche exaltante qui a toujours mobilisé les bretons. L’heure est venue de poursuivre cette noble mission en inventant ensemble, avec courage et détermination, la voie nouvelle où tout le monde contribuera au bonheur de chacun et de chaque famille.
Telle est notre espérance que beaucoup partagent.

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo
Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes
Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier
Mgr Jean-Marie Le Vert, évêque de Quimper et Léon

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s